biographie

C’est en découpant des violons dans des livres que les parents de Bastien décident de l’inscrire au conservatoire en l’an 1990. La musique de conservation semble lui plaire et l’animal tient le coup, notamment grace à des temps passés à improviser sur des claviers Bontempi pour décompresser. S’ensuit cinq années en école de musique, jusqu’en 2000 où il troque ses partitions contre des albums d’ACDC, et intègre groupes de rock ou chansons au violon et claviers.

En 2005 il obtient son D.E.M. après trois années d’études dans la formation professionnelle Pro Musica (Le Thor). Bastien découvre alors un monde étrange et nouveau, peuplé de rencontres, de recherches, de découvertes excitantes en tous points.

Ainsi, il participe à des projets de musiques électroacoustiques (Phosphène, La couleur des Papillons), ou à des groupes : Baskatine (folklore imaginaire), Sans arête (groupe composé de personnes handicapés et non handicapés), ou Formitagspuk (ciné-concert).

En 2008 il intègre le Cirque Trottola formé par Titoune et Bonaventure, en compagnie de Thomas Barrière avec lequel il signera la musique des spectacles Volchok, Matamore et Campana. S’ensuivent douze ans de tournées. Point de doute : Bastien est heureux.

En 2010 il crée son solo de violon acoustique (avec son premier album Refuges), fait naître le duo ALGECOW avec Thomas Barrière, joue dans plusieurs performances en milieu urbain avec SONAR, invite et est invité pour des concerts de musiques improvisées (de Marseille à Buenos Aires).

Il participe également au spectacles So solo (avec les clowns Sky de Sela et Adèll Nodé-Langlois) et travaille avec la compagnie de théâtre marseillaise Le Souffle.

Il co-fonde, en 2011 avec Thomas, la compagnie Le Bruit du Sfumato et crée CLAP, ciné-concert spectaculaire en caravane. Bastien rejoint cette même année la compagnie Tutti Iseop sur le spectacle-récit musical Elle-même avec Thérèse Bosc, Laurent Grappe et Gregory Cosenza.

En 2012, il endosse le rôle de récitant/musicien dans Résister à la chaîne – Dialogue entre un sociologue et un ouvrier de Peugeot avec Guigou Chenevier, Thomas à la musique et Perrine Maurin à la mise en scène. Bastien et Perrine créent DÉSOBEÏR – performance solo violon/voix puis À nos amis où Bastien retrouve Thomas autour du texte du Comité invisible.

2015 : il répond à l’appel du groupe rock-noise nancéen Filiamotsa qui lui offre une place sur des tournées européennes. Entre temps le trium Guigou-Thomas-Bastien reprend du service en ciné-concert et créent une partition originale de FAUST, chef d’œuvre de F.W Murnau.

Il rejoint également la Compagnie d’arts de la rue Malaxe pour le spectacle Entr(eux). En 2018 il accompagne Sara Giommetti au violon dans des visites en scènes à Gigondas pour la CoVE.

En 2020, de retour dans la Drôme il rejoint le Grand Chahut Collectif.

Dans de calmes moments, Bastien travaille sur ses massages sonores, fait un stage de clown, de musique javanaise, joue du gamelan balinais, part en voyage avec son enregistreur et ses micros.