Faust

Thomas Barrière : guitare, composition
Bastien Pelenc : clavier, violon, machines, composition
Guigou Chenevier : batterie, marimba, clarinette, machines, clavier, composition
Emmanuel Gilot : son

« Un des films les plus ambitieux de l’histoire du cinéma tant sur le plan thématique que formel. Murnau, dans son dernier film allemand, a voulu dépeindre l’affrontement entre Dieu et le Diable, entre l’ombre et la lumière (…). À la place d’une expression trop simpliste, schématique, et manichéenne des grandes luttes qui façonnent l’univers, surgissent une succession de visions magiques, où la lumière et l’ombre s’enlacent, s’empoignent, se mélangent selon des rapports de force plastiques et dynamiques toujours changeants et imprévisibles. »
Jacques Lourcelles